Livre : développez votre marque personnelle

Quand Thierry Do Espirito m’a envoyé son livre Développez votre marque personnelle, je n’étais pas sûr de faire un billet dessus. Le livre m’a convaincu du contraire, donc pour marquer la rentrée littéraire voici un retour sur cet excellent livre qui va vous faire comprendre les bases du personal branding à travers un style fluide et agréable.

S’il m’arrive de parler sur ce blog de personal branding, généralement je laisse plutôt cela aux spécialistes du sujet. De plus, si cela m’intéresse, c’est plus à titre personnel, le sujet étant beaucoup plus vaste que le périmètre éditoriale de ce blog. Mais revenons sur les principaux points que j’ai apprécié dans cette boite à outils de la marque personnelle que j’ai orienté web.

Le premier truc qui m’a séduit, c’est l’approche conduite du changement de l’auteur. Si en tant que consultant j’accompagne souvent des organisations autour de cette problématique, je dois dire que je ne m’étais jamais poser la question en ces termes pour un individu concernant la marque personnelle. Et pourtant on en retrouve les caractéristiques. Logique me direz vous, se sont les individus d’une organisation qui évoluent dans une organisation, donc individuellement c’est pareils. La peur d’un inconnu, se faire confiance, connaître ses envies, accepter le risque, prendre du recul…

Mais revenons à la question de l’image et du web pour coller à la ligne de ce blog, même si le livre va beaucoup plus loin. D’après l’auteur votre marque personnelle se décline en différentes dimensions :

  • Notoriété : combien de personnes vous connaissent, quelle est la taille de votre réseau
  • Réputation : on est moins sur du quantitatif que sur du qualitatif, finalement qu’est-ce que les gens pensent de vous. Ce qui renvoi à votre sphère d’influence (les mots clefs qui vous identifient), les gens qui vous « recommandent » et bien sûr votre expertise. C’est notamment à travers les différents publications que vous allez pouvoir faire vivre cette réputation. Elle sera en partie liée au relais (média social) que vous allez utiliser.

Pendant longtemps, on a dit « sur internet personne ne sait que tu es un chien ». Il devient de plus en plus difficile de ne pas être l’image que l’on projette. Ne pas être transparent, ne pas incarner réellement ce qu’on est, est de plus en plus difficile avec la multiplication des réseaux sociaux, car il faut garder une cohérence. On parle de profil sur les réseaux sociaux, à travers l’ensemble des médias sociaux vous vous construisez une image. Surtout que de plus en plus la frontière entre personnel et professionnel devient floue au profit d’une nouvelle séparation entre public et privé.

Mais il faut savoir dépasser le virtuel, l’auteur insiste bien sur cette partie et il a raison. Tenir un blog, être présent sur les réseaux sociaux c’est bien, se confronter c’est mieux. Quand j’interviens dans des conférences et autres colloques, je me mets en « danger ». Mes idées vont se confronter à celles d’autres « spécialistes », elles vont être remises en question, mais aussi se renforcer et  me faire grandir. De même, quand je suis chez un client, théorie et pratique là encore se rencontrent et me font évoluer et me renforcent dans mon expertise. Votre marque personnelle ne peut se contenter du web, elle doit s’élargir à la vraie vie. Surtout que ce qui fait la magie des médias sociaux, c’est qu’ils sont un accélérateur de rencontre dans la vie, et c’est vraiment cela leur côté magique. Le virtuel seul n’a aucun intérêt.

Autre point que j’ai apprécié dans ce livre, c’est que l’auteur insiste bien sur le fait que pour recevoir, il faut savoir donner. Peut-être est-ce pour cela que le personal branding marche si bien sur le web. On retrouve cette même philosophie, donner pour recevoir : l’effet Whuffie en quelque sorte, où comme je l’expliquais le karma.

Pour finir sur cet ouvrage je vais revenir sur le chapitre apprivoiser le virtuel :

  1. Savoir gérer sa confidentialité : vous devez apprendre à sélectionner ce que vous allez publier
  2. Créer des profils : si vous passez du temps sur le net, autant que cela vous serve, donc prenez le temps de parfaire votre profil sur chaque outils, c’est important
  3. Publier : il faut se faire voir, démontrer votre expertise, vous faire reconnaître (et pour cela on a pas encore fait mieux que le blog)
  4. Participer à des groupes : personne n’est une île, votre réseau c’est aussi l’appartenance à des groupes, seul on est rien
  5. Rester en veille : le web est « vivant », les choses bougent et évoluent, vous devez rester en alerte pour interagir au mieux

Pour conclure, choisissez bien vos médias sociaux, vous ne pouvez pas être partout, il faut sélectionner son ou ses médias. Un blog c’est chronophage et dur à tenir dans la durée. Si c’est pour publier de temps en temps, vous allez vous donner du mal pour rien, car vous serez invisible.Twitter n’est pas Facebook qui n’est pas Linkedin. Chacun possède ses avantages et inconvénients. Choisissez les en fonction de vos besoins, mais aussi votre appétence pour le médias.

Un dernier mot, ce livre dépasse largement la question du personal branding et du net et c’est ce qui fait son intérêt, alors n’hésitez pas.

  • http://www.blogemmanuel.com/ Emmanuel

    «  Le virtuel seul n’a aucun intérêt. »  : très bonne synthèse… 

    Lorsque je vois des profils avec 2500 contacts sur Facebook et Linkedin qui acceptent toutes demandes , de personnes qui acceptent elles-mêmes toutes demandes, en pensant que cela va faire d’elles des stars de l’Internet je me dis qu’il y a encore un gros boulot à réaliser sur l’usage des réseaux sociaux !