Management 2.0 : les modes de travail du futur

Comme tous les vendredi, un petit détour par le monde anglo-saxon. Cette semaine un article qui nous vient de l’éditeur Yammer et sa vision sur le travail de demain, collaboratif forcément, mais voyons cela en détails.

D’abord une petite définition, c’est quoi une compagnie dans le futur ? Une société qui peut faire face au changement constant, en créant des environnements souples et décentralisés, qui peuvent fonctionner de façon autonome, et qui travaille déjà pour faire avancer cette vision. Une société qui comprend le changement de dynamique entre elle, ses employés et ses clients.

Evolution du partenariat entre les employés, les clients et l’entreprise

L’idée est de construire un espace ou tous pourront travailler ensemble, s’investir et s’engager ensemble et ainsi partager leur passion. Cela veut dire permettre la prise de risque, autoriser le changement et permettre à l’employé de construire son parcours. Dans le même temps promouvoir un environnement où le consommateur pourra exprimer ses besoins en toute confiance.

Espaces collaboratifs

Pour réunir ses différentes parties prenantes, il faut des espaces où elles pourront co-produire et interagir mélangeant communautés en ligne et réseau sociaux, mais aussi espaces physiques. Il faut mélanger espace physique et numérique, bureau, espace ouvert, donner les moyens à chacun de travailler où il veut, comme il veut et avec les ressources dont il a besoin. On est de plus en plus dans du « bring your own device », chacun venant avec son matériel et la DSI doit soutenir cette démarche.

Transparence, mais encore

Les compagnies doivent être plus honnêtes avec leurs collaborateurs et mieux expliciter les raisons de leurs décisions. Mais les collaborateurs doivent aussi mieux faire remonter les informations du terrain afin d’aider à prendre des bonnes décisions. Il en va de même dans la relation aux fournisseurs, une honnêteté réciproque. Mais cela doit dépasser l’ordre du discours.

Faire évoluer le leadership

Le leader doit être inspirant et permettre à ses collaborateurs de prendre les décisions de manière autonome sans penser qu’il n’y a qu’une solution pour tout. Il doit porter une vision, construire un environnement propice à son exécution. Il faut une symétrie dans l’accès à l’information et stopper les rapports de domination pour fidéliser ses collaborateurs. Il faut accepter de lâcher un peu prise.

Gagner en loyauté en relâchant le contrôle

Les collaborateurs autonomes n’aiment pas être contrôlés, il faut plutôt leur donner les moyens d’aller plus loin. Il faut laisser les gens s’exprimer et accepter les remises en question afin d’apprendre et de progresser. Il faut une organisation apprenante où chacun peut apprendre et progresser partout, à chaque instant, avec chacun. Il faut donc là encore créer un environnement adéquat.

Décentralisation

Il faut savoir décentraliser pour répondre correctement aux besoins du marchés et s’adapter à ces évolutions constantes. Vous pourrez aussi accéder plus facilement aux experts et talents de vos collaborateurs dans une petite structure décentralisée. Cela repose sur une responsabilisation mutuelle.

Vision partagée

Une vision commune est ce qui permet de garder le tout cohérent au milieu de cette décentralisation. Il faut savoir décentraliser tout en gardant des bases communes.

 

Rien de nouveau me direz-vous, sans doute, mais combien d’entreprises fonctionnent déjà comme cela ? La pédagogie de répétition, il n’y a que ça de vrai :-)