Un peu de lecture sur le digital pour cet été

Nous arrivons à la période de coupure d’été. Pour beaucoup, un moment plus calme où on peut prendre le temps de lire et avoir le recul pour préparer la suite. Du coup, voici deux petits conseils de lecture en lien avec les thématiques de ce blog, à savoir transformation digitale des entreprises, mais plus globalement la montée croissante du digital dans la société.

Tout d’abord un usual suspect du sujet, Cecil Dijoux, du blog hypertextual avec son #hyperlean, ce que signifie l’avènement du numérique, trouvable sur Amazon. Petit ouvrage qui part du vécu de l’auteur, un habitué de ce genre de projet. A travers une méthodologie serré, Cécil nous éclaire différents points.

Si les innovations et technologies vont de plus en plus vite, leurs adaptations et les usages qui en découlent dans notre quotidien sont plus complexes. Un rapport différent au temps, à l’espace qui génèrent de nouveaux usages et demandes conduisant à une réinvention permanente.

Résultat pour les entreprises, un client de plus en plus présent, des produits en évolution permanente avec comme conséquence une adaptation de l’entreprise dans ses processus et modes management (leadership et autonomie notamment). Qui dit management, renvoi forcément à son corolaire, manageurs. Eux aussi vont accompagner/subir cette transformation. Que ce soit dans la gestion des équipes, de l’information ou des projets avec en 1ère ligne la DSI (dans l’ouvrage de Cecil).

On change d’échelle avec le livre de David Fayon, Made in Silicon ValleyDu numérique en Amérique.

David est lui aussi un usual suspect du digital en France, qui pour raisons personnelles est parti avec sa petite famille aux Etats-Unis. Je ne dirai pas que c’est un carnet de route, mais une enquête de terrain pour comprendre les raisons de la suprématie de l’Amérique du Nord dans le digital : matériel, logiciel, données. Il a conduit plus de quatre-vingts interviews : chez IBM, Microsoft, Intel, Cisco et de nombreuses start-up de tous secteurs.

Retour sur les entreprises et leur « ubérisations » à venir, mais aussi les innovations possibles. Les bonnes pratiques transposables mais aussi les différences avec la culture française.David étudie les différents épicentres de l’Amérique du Nord, de la côte Ouest à la côte Est, mais aussi les principaux acteurs (GAFA + NATU) à travers leurs histoires et leurs challenges, notamment avec la data au coeur de ces défis. Il finit par une vision sur les compétiteurs de cette Amérique, de la vieille Europe aux dragons asiatiques.

Comme toujours son avis est très documenté, éclairant et pleins de bon sens. La curiosité c’est aussi le débat et ce livre ouvre sur beaucoup  de remise en question de notre modèle et façon d’aborder les problématiques digitales.

Donc deux bons ouvrages à lire pour ses vacances, faites passer.