Conseil 2.0 : écouter ceux qui savent

Seizième  billet autour des maximes de Baltasar Gracian, jésuite vivant au XVIIe siècle, adapté au monde de l’entreprise 2.0.

Ce billet va pouvoir s’appliquer aussi bien en interne qu’en externe quand on parle de community management.

Si vous vous décidez à mettre en place une stratégie de présence sur les médias sociaux, outre le fait qu’il faut savoir pourquoi vous voulez y aller (autrement dit pour quoi faire et pas uniquement pour imiter tout le monde), la première chose à faire c’est écouter. Ecoutez vos parties prenantes, vos clients, vos concurrents et plus largement les gens qui sont sur les médias sociaux. C’est une culture, un monde avec ses codes et l’apprentissage passe avant tout par l’écoute. Et puis avant tout, il faut faire de la veille, donc faire preuve d’écoute

De même en interne, il faut savoir écouter vos collaborateurs dans le cadre d’un projet collaboratif. Bien souvent le top management a une idée bien arrêté de à quoi un RSE va pouvoir servir. Du coup on est à un niveau trop stratégique et pas assez opérationnel, résultat, c’est un échec car cela n’a pas d’impact business sur le quotidien des principaux utilisateurs. Comme le rappelle Michel Crozier :

« les gens d’en haut qui décident sans connaître les besoins du bas, et les gens du bas qui savent ce qu’il faudrait faire, mais qui n’ont pas le pouvoir de le faire »

Comme n’importe quel projet il faut savoir écouter, mais dans un cadre collaboratif c’est encore plus important. Comment converser avec autrui si déjà on ne sait pas écouter ?

Cette série de billet est inspiré de l’ouvrage Entreprendre et innover 52 conseils éternels d’après les maximes de Baltasar Gracian de Jacques Birol

  • http://www.jnchaintreuil.com/ JN Chaintreuil

    Ce conseil aurait dû être le premier! ;)

  • http://twitter.com/VinceBerthelot Vincent Berthelot

    Pas sur que les gens d’en bas sachent ce qu’il faut faire ailleurs que en bas…

  • http://poncier.org/blog Anthony Poncier

    @Vincent Crozier ne dit pas autre chose. Il s’agit bien de revoir le processus à leur niveau, pas de revoir intégralement le fonctionnement de l’organisation

  • http://poncier.org/blog Anthony Poncier

    pas faux ;-)

  • http://twitter.com/ELaurentPollen Eric Laurent

    Et écouter ceux qui … font. Une affaire de knowing – doing gap.