Construire un tableau de bord pour surveiller sa réputation sur internet

Beaucoup de personnes rédigent des blogs, et certains parlent de vous, de votre entreprise ou de vos concurrent. Ce qu’ils disent influence la façon dont les gens voient votre organisation et peut fournir des informations importantes sur la stratégie de vos concurrents. Mais cela est difficile à suivre avec le nombre de blog dont le nombre double tout les 5 mois.

Beaucoup de personnes rédigent des blogs, et certains parlent de vous, de votre entreprise ou de vos concurrents. Ce qu’ils disent influence la façon dont les gens voient votre organisation ou peut fournir des informations importantes sur la stratégie de vos concurrents. Mais cela est difficile à suivre avec le nombre de blog dont le nombre double tout les 5 mois.

L’essor des médias sociaux est une bonne chose. Les entreprises qui font du bon boulot seront récompensées par leurs clients – les entreprises qui en font du mauvais seront sanctionnées. C’est comme cela que ça fonctionne. Et toutes les publicités du monde ne pourront renverser la vapeur si les « véritables » gens donnent leurs avis sur vous. Cette marque devrait terrifier les annonceurs (et les agences de publicité, mais c’est un autre débat).

Pour aider les entreprises à garder une trace de ce que leurs clients qui sont en ligne écrivent sur eux et de ce que font leurs concurrents – en utilisant librement le Web 2.0 et ses ressources techniques disponibles. Voici comment faire en cinq étapes:

Étape un – Identifier votre liste de mots clés

Le tableau de bord va recenser plusieurs types de blogs – o- sphère de recherches. Vous devez connaître ce que vous cherchez :

  • Notre entreprise noms (avec différentes orthographes)
  • Liens vers votre site
  • Mentions de votre URL
  • Les noms des principaux responsables de votre organisation
  • Les noms de vos concurrents

Deuxième étape – Mettre en place un compte netvibes

Si vous n’avez pas encore essayé Netvibes encore, il vous faut aller sur (www.netvibes.com). Cela est aussi possible avec un autre agrégateur de fil RSS. C’est sur cette plateforme que va se construire le tableau de bord de la surveillance de la réputation.

Étape trois – Réglez vos recherches sur les moteurs de recherche de blogs

Utilisez plusieurs moteurs de recherche de blogs. Il y a des chevauchements dans les résultats, mais ce chevauchement est généralement inférieur à 30 pour cent (liste non exhaustive):

Utilisez la recherche avancée sur les requêtes, et faites plusieurs essais afin d’obtenir les résultats les plus satisfaisant. Lorsque vous êtes satisfait de la recherche, cliquez sur l’icône RSS ou abonnez-vous au lien.

Quatrième étape – Mettre en place des flux dans netvibes

Cliquez sur le bouton en haut à gauche (utilement marqué « ajouter du contenu »), cliquez sur « ajouter un flux », et collez l’URL générées par le moteur de recherche.

Étape cinq bonus – index Google et de la vidéo surveillance

Si un coup d’œil à la surveillance de votre réputation ne suffit pas, vous pouvez étendre votre tableau de bord:

  • S’abonner à Googlealerts.com d’un flux RSS que vous indiquera quand un nouveau résultat apparaît dans une recherche Google pour votre entreprise ou un concurrent (ou de tout autre mot clé)
  • Ajouter le widget netvibes de recherche vidéo et le remplir avec le nom de votre société, il y a-t-il une video sur vous dans youtube ?

Prochaines étapes

Bien sûr, ce que le monde dit sur vous et vos concurrents ne constitue que la première étape. Vous devez décider quoi faire selon ce qui est dit. Il faut être rationnel et honnête.

  • Rationnel – s’il y a une information calomnieuse ou erronée sur un blog où personne ne souscrit, il faut l’ignorer. Vous pouvez être le seul qui l’ai jamais vu.
  • Honnête- Si c’est un blog avec de nombreux abonnés et que les observations sont inexactes, ajoutez un commentaire. Mais il faut le faire en tant que représentant de votre entreprise. Ne pas prétendre être quelqu’un que vous n’êtes pas, les conséquences négatives d’être découvert l’emportent sur tout le reste.

Traduit du blog : http://www.nonlinear.ca