Entreprise 2.0 : le temps des experts n’est pas celui des entreprises

L_ESPACE_ET_LE_TEMPS

Il y a longtemps que je voulais écrire un article sur ce thème, puis l’idée était passée un peu aux oubliettes. Mais dernièrement un article de blog m’ont donné envie de m’y remettre, surtout qu’un peu débordé je n’ai pas eu le temps de participer au débat qui en a découlé. Donc avec un peut de retard, un rapide point de vue sur le concept « marketing » d’entreprise 2.0.

Depuis que l’expression web 2.0 est apparu il y a toujours quelqu’un pour remettre en cause cette expression (avec l’argument c’est du marketing, c’est dépassé, c’est incompréhensible…). Si ce concept a été inventé en 2004, il est vrai qu’il est plus répandu à l’heure actuelle et ce depuis 2007 (dans les faits, le terme est plus répandu pour ceux qui travaillent sur ce sujet, mais pour la population générale il demeure assez flou : il suffit de voir les acrobaties verbales de Frédéric Lefebvre sur BFM TV, en début d’année, pour s’en convaincre).

Dans tous les cas, il vaut mieux avoir saisi ce qu’est le web 2.0 car le papa de l’expression vient de faire un update ;-) on est passé au web squared depuis le fin juin. Bon courage pour monsieur tout le monde pour suivre…

Mais bon, c’est plutôt le monde de l’entreprise qui m’intéresse, donc le mot entreprise 2.0 (à ma connaissance on n’est pas encore à l’enterprise squared). Or ce terme est encore assez floue pour beaucoup de décideurs, même si par association d’idée ils arrivent à dégager l’idée qu’on va mettre du web 2.0 dans l’entreprise. Faut-il donc changer de terme, ce dernier étant « dépassé ou ringard » ?

Dernièrement un article intitulé « pour en finir avec le vocable d’entreprise 2.0« , auquel pas mal de personnes on participé via twitter ou par l’intermédiaire des commentaires (coopératif comme méthode, au moins à défaut d’un avis commun sur le nom, tout le monde se retrouve sur la méthode), a été publié.

Je crois que la question du débat sur le nom ferait sourire beaucoup de patrons d’entreprises, qui se diraient que « les experts » ont pas mal de temps à perdre. Ce qui compte pour eux, c’est surtout ce que leurs apportent ces modes d’organisation et comment les intégrer à l’entreprise. Concernant le nom, je préfère partir du vocabulaire de mon interlocuteur et non pas proposer un « concept » packagé avant d’arriver. Au moins ainsi on parle le même langage et surtout on part de ses besoins réels, au delà du concept. Avant de vouloir changer de nom de concept, s’il est « dépassé » pour les experts, il n’est surtout pas totalement maîtrisé par les entreprises, leur temps n’est pas le même.

Pour conclure sur les experts et le rapport au temps, comme je le rappelais dans un article récent, souvent les experts proposent les derniers outils collaboratifs, identifiant tous les gains qu’ils peuvent apporter aux entreprises et aux collaborateurs. Mais cette culture du collaboratif prend du temps pour s’installer, or de simples blogs et un annuaire interne un peu plus « social » (sur les champs à remplir) suffisent souvent aux équipes pour commencer à travailler de façon collaborative. Trop d’outils collaboratifs, peux tuer le travail collaboratif, il faut laisser le temps au temps (je ne crois pas que Vincent me contredira sur ce point).